Guide complet sur les prêts travaux

Guide complet sur les prêts travaux

Un projet de travaux sur votre domicile ? Quelle que soit sa nature, il peut se financer de deux manières soit via vos propres économies, soit via la souscription à un crédit travaux. Si vous avez opté pour la seconde solution, voici quelques éléments qui méritent d’être évoqués.

La notion de « crédit travaux maison »

A voir aussi : Quelles sont les conditions de construction de maison dans le Morbihan ?

On parle de prêt travaux dès lors que la banque octroie une somme d’argent pour financer les travaux. Toutefois, cette notion est légèrement confuse. Concrètement, il existe plusieurs types de crédits qui peuvent servir à financer vos travaux. Il s’agit du prêt affecté, du crédit professionnel et du prêt immobilier.

Le prêt affecté

Il s’agit du crédit travaux maison le plus courant et se trouve être la première solution proposée par les banquiers lorsqu’il s’agit de financer une rénovation. Il s’agit d’un crédit à la consommation, dont la somme ne sera consacrée qu’aux travaux. La banque peut demander des devis et des factures à l’entreprise qui réalise les travaux pour s’assurer que vous respectiez cette obligation. Généralement, la banque effectue directement le transfert de la somme empruntée vers l’entreprise.

Lire également : Les bonnes pratiques à suivre pour réussir vos travaux de rénovation

Bien que plus cher qu’un prêt personnel, le prêt affecté se trouve toutefois plus sécurisant. En effet, en cas d’annulation des travaux prévus, il peut être résilié.

Le prêt personnel

C’est l’alternative la plus intéressante en termes de financement de travaux, lorsque vous les effectuez vous-même. Il faut savoir que le prêt personnel figure également parmi les crédits à la consommation. Inversement au crédit affecté, vous pouvez dépenser le montant perçu comme bon vous semble. La banque ou l’établissement prêteur ne peut pas vous demander des justificatifs des dépenses.

Le prêt immobilier

Le schéma traditionnel est de souscrire un crédit immobilier pour acheter une maison. Toutefois, vous pouvez également y avoir recours pour financer vos travaux de rénovation aussi bien pour l’amélioration de votre logement, la réparation ou l’entretien.

Pour ce cas de figure, votre banque vous demande de garantir votre prêt via une hypothèque, un privilège de prêteur de denier ou une caution. Vous devez également souscrire une assurance décès-invalidité.

Le crédit immobilier est conseillé si vous projetez d’emprunter une importante somme d’argent, que vous souhaitez étaler sur une longue durée.

Pour quel crédit opté pour le financement de vos travaux ?

Orientez votre choix vers le prêt qui répond parfaitement à la nature et au montant des travaux que vous comptez réaliser.

Le prêt personnel ou le prêt affecté pour un montant inférieur à 75 000 euros

Généralement, ce montant correspond au financement des travaux de rénovation d’une ou plusieurs pièces, d’un aménagement des combles ou d’une isolation thermique. Pour réaliser rapidement ces travaux, mieux vaut opter pour le crédit affecté ou le prêt personnel. Quelques pièces de base suffisent pour y souscrire, comme la pièce d’identité, un justificatif de domicile, des fiches de paie et un RIB. Outre cette facilité, les sommes sont débloquées rapidement.

Force est toutefois de mentionner que les taux liés à ces prêts à la consommation sont plus élevés pour une durée de remboursement courte.

Le prêt immobilier pour un montant supérieur à 75 000 euros

Pour cette somme, il s’agit d’une extension de maison ou d’une rénovation lourde. Seul le crédit immobilier vous sera proposé pour le financer. En effet, le crédit à la consommation ne peut pas dépasser ce seuil, selon la loi. De toute évidence, obtenir un prêt immobilier n’est pas chose aisée. D’ailleurs, les banques établissent des conditions strictes comme un niveau de revenus, des garanties ou encore une stabilité financière. En plus, les délais d’obtention sont plus longs.

Déroulement du financement des travaux via un crédit immobilier

Bien que difficile d’accès, le recours au crédit immobilier pour le financement des travaux représente la solution la plus avantageuse. En effet, les taux sont plus faibles pour une durée de remboursement plus longue et donc des mensualités moins élevés.

Pour ce type de financement, trois cas de figures sont à prendre en compte.

Souscrire un prêt immobilier pour l’achat d’un bien ancien à rénover

Vous pouvez demander à votre banquier d’inclure le montant des travaux à réaliser dans l’emprunt. Ce schéma est plus intéressant plutôt que de souscrire un crédit à la consommation en plus. En outre, cela vous permet de ne rembourser qu’un crédit. Toutefois, le montant emprunté total est limité par votre capacité d’endettement. La banque peut également imposer que vos travaux soient réalisés par des professionnels.

Souscrire un prêt immobilier pour des travaux dans le logement dont vous êtes propriétaire

Vous pouvez souscrire un prêt immobilier classique pour financer ces travaux, si le montant dépasse les 75000 euros ou s’il s’agit d’une construction.

Si vous avez plusieurs crédits en cours

Si vous êtes déjà en situation d’endettement, la banque peut être réticente à vous accorder d’autres prêts. Elle peut même refuser si votre taux d’endettement touche les 33%. Si vous avez déjà un prêt immobilier en cours, vous pouvez renégocier pour inclure le montant des travaux.

Bon à savoir

Quelle que soit votre situation, sachez que la banque ou l’établissement financier effectue une vérification systématique de votre capacité d’endettement avant de donner une réponse positive à votre prêt immobilier. Dans certains cas, l’organisme évoque des conditions que vous devez respecter, notamment que :

  • Les travaux soient réalisés par des professionnels du bâtiment ;
  • Les dépenses soient justifiées par des devis ;
  • Les sommes empruntées soient directement transférées vers les entrepreneurs sollicités pour réaliser les travaux.

Avec quelles aides les crédits travaux sont cumulables ?

L’Etat encourage les propriétaires de logement à se tourner vers l’écologie. En plus de préserver l’environnement, des travaux de rénovation dans une habitation assurent une amélioration dans les performances énergétiques de celle-ci. Si vos travaux de rénovation tendent dans ce sens, vous pouvez prétendre à des aides étatiques, sous certaines conditions, comme :

  • L’éco-prêt à taux zéro ;
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ;
  • Les aides de l’Anah ;
  • La TVA à taux réduit ;
  • Les aides octroyées par les collectivités locales.

Bien entendu, il convient de s’informer plus en profondeur sur le sujet afin d’éviter les éventuels pièges.

Les documents nécessaires pour obtenir un prêt travaux

Lorsque vous décidez de contracter un prêt travaux, il est indispensable de préparer les documents nécessaires pour constituer votre dossier. Cette étape est cruciale afin d’obtenir une réponse favorable de la part des organismes prêteurs. Voici donc les principaux documents requis pour obtenir un prêt travaux :

Les justificatifs d’identité : Pour confirmer votre identité, vous devrez fournir une copie de votre carte d’identité ou passeport en cours de validité.

Les justificatifs de revenus : pensez à bien démontrer que vous disposez des ressources financières suffisantes pour rembourser le crédit travaux demandé. Vous devrez ainsi présenter vos trois derniers bulletins de salaire, vos avis d’imposition sur le revenu et éventuellement tout autre document attestant d’autres sources régulières de revenus (loyers perçus, pensions alimentaires, etc.).

Un devis détaillé des travaux : Les organismes prêteurs auront besoin d’une estimation précise du coût total des travaux envisagés. Assurez-vous donc de demander plusieurs devis auprès des professionnels du bâtiment compétents et qualifiés.

Le plan financier du projet : Ce document permettra aux banques ou aux autres institutions financières d’évaluer la viabilité économique du projet et votre capacité à honorer les mensualités du prêt sollicité.

Votre relevé hypothécaire (si nécessaire) : Si vous envisagez un crédit immobilier ou si vous mettez en garantie votre bien immobilier existant pour obtenir le financement souhaité, il faudra fournir le relevé hypothécaire de votre logement.

N’oubliez pas que la liste des documents peut varier en fonction des politiques internes des organismes prêteurs.

Les avantages fiscaux liés aux prêts travaux

Les prêts travaux offrent de nombreux avantages fiscaux qui peuvent constituer un véritable incitatif à entreprendre des travaux de rénovation ou d’amélioration. Ces avantages permettent aux emprunteurs de bénéficier de déductions fiscales et de réductions d’impôts, ce qui contribue à alléger le coût total des travaux.

Il faut mentionner le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), aussi appelé MaPrimeRénov’. Ce dispositif vise à encourager les particuliers à effectuer des travaux visant l’amélioration énergétique de leur logement. Il permet ainsi de bénéficier d’un crédit d’impôt correspondant à un pourcentage du montant total des dépenses engagées.

Certains types spécifiques de travaux peuvent donner droit à une TVA réduite. C’est notamment le cas pour les travaux liés aux économies d’énergie ou destinés à rendre le logement accessible aux personnes en situation de handicap.

Si vous avez recours à un prêt écologique pour financer vos travaux, vous pouvez être éligible au prêt vert bonifié. Ce type de prêt offre des conditions avantageuses telles qu’un taux réduit ou une durée plus longue.

Il faut souligner que certaines régions proposent leurs propres aides et subventions dans le domaine des travaux domiciliaires. Renseignez-vous auprès des collectivités territoriales concernées afin d’en savoir plus sur ces dispositifs régionaux.