Comment construire avec une limite séparative ?

Comment construire avec une limite séparative ?

Vous voulez tracer votre terre, la sécuriser, mais aussi vous protéger des yeux. Construire une clôture est la solution. Cependant, sa mise en œuvre n’est pas improvisée. Il s’agit d’un projet soumis à la réglementation notamment en ce qui concerne sa hauteur . Quelles sont les règles, les exceptions ? Que faut-il faire en cas de conflit avec le voisinage ?

La clôture de votre terre

Une clôture décrit une intrigue et empêche l’accès à celle-ci. Sa forme, ses dimensions et ses matériaux utilisés sont très divers. Par conséquent, les murs, les épissés, les treillis, les grilles ou les clôtures, les portes, les arbres ou les arbustes peuvent le former. Il y a aussi des clôtures séparées ou des maisons de ville :

A voir aussi : Achat immobilier : Quelles sont les différentes étapes à suivre ?

  • Des clôtures de séparation doivent être érigées en retrait de la limite de séparation entre les deux terrains. En cas de terrain illimité, il est bon d’appeler un arpenteur pour le tracer.
  • Les clôtures en terrasses sont réalisées à la limite de séparation entre les deux propriétés. Les coûts de construction, d’entretien et de réparation sont partagés entre les deux voisins. Avant de se lancer dans sa réalisation, un accord jumelé peut être établi dans le notaire.

Liberté de fermer

Tout propriétaire a le droit de fermer ses biens conformément à l’article 647 du Code Civile . Leur terre peut être dans des zones rurales, urbaines, construites ou non. Vous pouvez décider de le faire du jour au lendemain, même si ce dernier a longtemps été dépourvu de fermeture. Notez également qu’une parcelle peut rester ouverte dans les zones rurales. Cependant, il doit être clôturé dans les zones urbaines s’il est occupé par des logements. C’est la règle dite « clôture forcée ».

A lire également : Quelle formation permet de devenir conseiller indépendant en immobilier ?

Les règles à suivre pour ériger le mur de clôture

Demandez au conseil municipal

Tu ne peux pas toujours faire ce que tu veux quand il s’agit de clôturer. Tout ce qui le constitue est encadré soit par un plan d’urbanisme local (PLU), soit par le plan d’aménagement du territoire (POS) de la municipalité, soit par le Règlement national d’urbanisme (RNU) si la municipalité concernée n’a pas de PLU ou de carte communale. Ces documents énonce toutes les règles relatives à la la délivrance d’un permis de construction ou d’aménagement particulier.

Par définition, le PLU détermine l’utilisation des terres dans une municipalité en découpant le territoire en plusieurs zones :

  • La zone « U » – les constructions sont autorisées selon les règles.
  • Zone « N » : les bâtiments sont interdits (sauf exceptions), car il s’agit de zones naturelles.

Matériaux, hauteur, dimensions de votre clôture, si votre projet respecte PLU ou RNU, vous pouvez (sauf exceptions) voir le jour.

Pour cette raison, il est nécessaire de consulter l’hôtel de ville pour savoir ce qui est possible de faire. Vous pouvez également consulter le géoportail d’urbanisme en ligne. Créée en 2016, elle recevra en 2020 tous les documents d’urbanisme et servitudes d’utilité publique de toutes les autorités françaises.

Quartier

Selon la configuration du MNT, vous pouvez avoir une chance de passer votre voisin sur le vôtre. En fait, si ce dernier possède une propriété sans littoral, il peut avoir une servitude de passage. Le titre de la propriété le mentionne. Dans ce cas, vous pouvez construire un mur de près en y arrangeant une porte afin que ce droit soit respecté.

Les règles relatives à la hauteur du mur de clôture

La hauteur du mur de votre clôture peut varier d’un commun à commun. Le PLU ou la carte municipale indique les détails. Dans le cas d’un bien situé dans une subdivision, les règles internes de la subdivision entrent en jeu. S’il n’y a pas de document précisant la hauteur possible, il convient de se référer à l’article 663 du Code civil. Il est fixé à 2,60 m pour les municipalités de moins de 50 000 habitants et à 3,20 m pour les municipalités de plus de 50 000 habitants.

S’il vous plaît noter qu’une clôture de la plante elle doit également se conformer aux règles établies par les règlements locaux ou les articles 671, 672 et 673 du Code civil. Par conséquent, la plantation doit être à 50 cm de la limite séparative entre les deux sites si elle est inférieure ou égale à 2 mètres et être à 2 mètres si elle est supérieure à 2 mètres. La distance de plantation est mesurée à partir de la limite séparative qui partage les deux terres au centre de l’arbre. Il existe des cas particuliers pour une clôture située près d’une route, d’un chemin de fer, d’un cours d’eau, de lignes électriques ou de lignes de gaz et d’eau.

Soyez prudent, si vous dépassez la hauteur maximale du mur, vous ne pouvez pas remplir votre terre afin qu’elle soit respectée. La hauteur est mesurée à partir du niveau d’origine du terrain à son point le plus élevé.

La procédure à suivre avant de faire le mur de la clôture

Considérez le quartier

La paroi de la clôture ne doit pas être une nuisance à votre voisinage ou un danger (fil barbelé). Vous ne pouvez pas le priver du soleil, par exemple. Même si elle est séparative et reste dans les limites de votre propriété, il est bon de parler de votre projet avec les voisins concernés. Bien sûr, les choix esthétiques vous appartiennent et ne peuvent pas être discutés !

Faire une demande préalable à l’emploi

Il n’est pas nécessaire de demander un permis de construire. D’autre part, si vous avez l’ intention d’atteindre un mur d’une hauteur supérieure ou égale à 2 mètres, il est nécessaire de faire une déclaration préalable des travaux dans l’hôtel de ville. Ceci est obligatoire si votre terrain est situé près d’un monument historique ou d’un site inscrit ou en cours de classification.

Par conséquent, vous devez envoyer un formulaire spécifique (Cerfa n° 13703-06) et une série de documents par courrier recommandé avec avis de Je reçois en double. Le conseil municipal vous enverra un reçu indiquant le numéro d’enregistrement et la date à partir de laquelle vous pouvez commencer à travailler. La période d’instruction est d’un mois à compter de la date de soumission de votre demande. La durée de validité de la décision est de 3 ans (prorogeable 2 fois 1 an).

En cas de rejet de la mairie

Vous pouvez lui demander de revoir sa position dans un délai de 2 mois. Ensuite, en cas d’échec de votre demande, vous pouvez dans les 2 mois demander au tribunal administratif par lettre certifiée avec avis de réception.

Remarque : Si vous n’avez pas de réponse de la municipalité à la fin de la période d’enquête (1 mois), voyez cela comme un manque d’opposition à votre projet. Vous continuez à demander un certificat de non-opposition à la déclaration (pour faire valoir vos droits, par exemple).

Que faire en cas de conflit avec un tiers ?

La construction d’un mur de clôture est un droit soumis à la réglementation nationale et/ou locale. Cependant, même en suivant la loi, il y a des possibilités de conflit avec le quartier. Que faire quand il arrive ?

Le défi de leur travail par un tiers

En raison de l’obtention de l’avis favorable de la mairie, vous devez mettre en place un écran sur votre parcelle pour la durée du chantier de construction. Vos voisins (par exemple) peuvent s’y opposer pendant 2 mois à partir de cet écran. Et déposer un appel auprès du conseil municipal puis des tribunaux administratifs. Votre voisin peut également refuser de s’engager dans la construction d’un mur attaché, mais vous pouvez le forcer à le faire.

La procédure à engager avec le voisin

Initialement, il est nécessaire de discuter avec leurs voisins, parce que les juges cherchent toujours un consensus entre les deux pièces. Rappelez-lui que selon l’article 663 du Code civil, il est possible dans les zones urbaines de forcer son voisin à contribuer aux réparations, à l’entretien et bien sûr à la construction d’un mur. Donc, dites-lui que, selon l’article 656 du Code civil , vous pouvez également abandonner votre service commun . Pour cette raison, vous pouvez ériger le mur de la clôture, mais sans sa participation financière. Si rien ne le fait, vous pouvez demander à la juridiction supérieure qui nommera un expert pour élaborer le projet. À l’avance, envoyez à votre voisin un courrier certifié avec avis de réception. Décrivez votre projet et les coûts engagés par les deux parties, budget d’appui. En outre, vous pouvez également décider de construire un mur sur votre propriété et de détruire la partie en terrasse existante à la limite de votre propriété.

Demande de dommages-intérêts

Votre voisin peut vous attaquer sous le prétexte que le mur de votre clôture est préjudiciable au soleil de votre terre ou votre vue. Vous pouvez réclamer des dommages ou la démolition de votre travail . Si votre candidature est inférieure à 4 000€, vous devrez vous adresser à un juge local. Jusqu’à 10 000 euros, il appartiendra au juge de première instance de décider. Au-delà de cette somme devant la Haute Cour (représentée par un avocat obligatoire).

Hauteur d’un mur de clôture en terrasse ou privée, choix de ses matériaux, son implantation. La construction d’une telle structure nécessite le respect de la réglementation. Discuter de votre projet avec le voisinage favorise l’approbation, mais ne préserve pas l’existence d’éventuels recours juridiques.