Crédit immobilier : 4 conseils à suivre avant d’emprunter

Crédit immobilier : 4 conseils à suivre avant d’emprunter

Il existe plusieurs moyens pour financer un projet immobilier, quelle que soit l’importance de ce dernier. Au nombre de ceux-ci, on peut évoquer les fonds communautaires d’aide à l’acquisition de logement neuf et les crédits immobiliers. Et quand bien même la transparence est faite sur les conditions d’accès à ces différents financements, tous les candidats aux prêts n’arrivent pas à tirer leur épingle du jeu. Découvrez ici quatre conseils à suivre pour augmenter vos chances d’obtenir un crédit immobilier.

 Assurez-vous d’avoir un apport suffisant

A lire en complément : Les retraités face à l'emprunt immobilier

Si vous courez vers les institutions financières sans avoir de fonds propres pour débuter votre projet, vous réduisez vos chances d’obtenir un prêt. Le taux de financement propre peut varier selon la banque vers laquelle vous vous tournez. Celui-ci peut varier de 10 à 20 % selon le prestige de la structure. Sur le site Immob.Biz, vous retrouverez plusieurs offres de financement ayant les meilleurs taux.

Avoir une bonne situation professionnelle

Si vous avez une situation financière stable, vous augmenterez vos chances d’obtenir le crédit auquel vous souhaitez souscrire. Les banques offrent plus de crédits aux personnes disposant de Contrats à Durée Indéterminée (CDI). Mais, cela ne suffit généralement pas. Les recettes mensuelles de l’individu ainsi que son ancienneté dans le service sont aussi prises en compte.

Lire également : Quelles sont les étapes de construction d'une maison ?

Si par contre vous êtes un artisan ou une personne exerçant une profession libérale, la banque analysera plutôt vos revenus sur le trimestre précédent. Tout cela permet de s’assurer de la solvabilité du demandeur de crédit immobilier.

Évitez les découverts bancaires

Les établissements bancaires traitent plusieurs dossiers de prêt par an. Il est donc important pour eux de faire preuve de rigueur dans le choix des bénéficiaires de ces fonds. Ces études s’effectuent sur la base de certains documents. Les relevés bancaires, retraçant votre historique de recettes et de dépenses, constituent des sources de renseignements très fiables. Évitez donc les pratiques financières susceptibles d’occasionner des découverts bancaires. Cela peut réduire vos chances à néant. Pour augmenter vos chances, pensez à :

  • Demander le prêt auprès de la banque dans laquelle votre compte épargne est domicilié ;
  • Souscrire à un contrat d’assurance multi risques habitation ;
  • Apporter les preuves de votre solvabilité auprès d’autres structures, etc.

Évitez les cumuls de prêts

Comme vous avez pu le comprendre jusqu’ici, plus votre profil est positif, plus vous avez de chances d’obtenir un crédit immobilier à un meilleur taux. Si vous disposez d’une dette que vous n’avez pas fini d’éponger, le mieux serait de patienter encore un bout de temps. Il est important de préciser que la limite d’endettement autorisée est de 33 % de la valeur de vos recettes mensuelles.

Si vous répondez à ces différents critères d’attribution, vous n’avez plus qu’une chose à faire. Rassemblez les pièces du dossier et soumettez votre candidature !

Vérifier votre capacité d’endettement

Lorsque vous envisagez de contracter un crédit immobilier, pensez à bien vérifier votre capacité d’endettement. En d’autres termes, il s’agit d’évaluer si vous êtes en mesure de rembourser les mensualités du prêt tout en maintenant une situation financière équilibrée.

Pour ce faire, plusieurs éléments doivent être pris en compte. Vos revenus mensuels sont primordiaux. Pensez à bien calculer avec précision le montant que vous percevez chaque mois et qui sera consacré au remboursement du prêt immobilier.

Il est nécessaire d’examiner attentivement vos charges mensuelles incompressibles telles que le loyer ou les autres emprunts déjà existants. Ces dépenses doivent être soustraites des revenus afin de déterminer la somme restante disponible pour honorer les nouvelles échéances.

Une fois cette première étape réalisée, il faut aussi prendre en considération l’évolution potentielle future des taux d’intérêt. Les fluctuations dans le domaine économique peuvent influencer ces derniers et donc impacter directement votre capacité à assumer les frais engendrés par votre crédit immobilier.

N’oubliez pas qu’une marge de sécurité doit être prévue pour faire face à toute situation imprévue telle qu’une perte d’emploi ou une dépense imprévue importante.

Il est crucial lors de cette phase de réflexion de ne pas surestimer sa capacité financière afin d’éviter tout risque potentiellement néfaste sur votre vie quotidienne ainsi que sur l’équilibre budgétaire global.

Comparer les offres de prêt immobilier

Lorsqu’on envisage de souscrire un crédit immobilier, vous devez étudier le dossier, l’assurance emprunteur ou encore les pénalités en cas de remboursement anticipé. Ces coûts supplémentaires peuvent considérablement impacter le montant global du crédit.

N’hésitez pas à vous renseigner sur la fiscalité associée aux différents types de prêts immobiliers disponibles sur le marché. Certains dispositifs fiscaux peuvent s’avérer avantageux et vous permettre ainsi de réaliser des économies significatives.

Gardez à l’esprit qu’il peut être judicieux de solliciter plusieurs établissements bancaires afin d’obtenir leur meilleure proposition commerciale. N’hésitez pas à utiliser votre pouvoir.