La durée de votre emprunt de sci en fonction de votre profil

La durée de votre emprunt de sci en fonction de votre profil

Il est possible de faire un emprunt immobilier SCI sans apport. Cela vous permet de faire un investissement locatif. Même si la Société Civile Immobilière vous donne des avantages, il faudra respecter le délai de paiement. La durée de l’emprunt varie en fonction du profil de l’emprunteur. Dans ce mini-guide, découvrez l’essentiel à savoir sur un prêt de SCI.

La durée d’un emprunt SCI

À l’instar des associés, la Société Civile Immobilière est en mesure de souscrire à un emprunt immobilier. Ce prêt est octroyé avec une échéance plus ou moins longue selon le cas et le profil de l’emprunteur. Alors, la durée de l’emprunt est parfois de 25 ans, voire de 40 à 50 ans.

A voir aussi : Quel salaire pour emprunter 300.000 euros sur 30 ans ?

Cela dit, vous devez savoir que plus la période d’échéance est longue, plus le taux d’intérêt a tendance à augmenter. Cela agit corrélativement sur le montant total des intérêts que vous aurez à payer.

De la même manière, vous devez aussi prendre en compte le poids des mensualités si vous décidez de raccourcir les échéanciers.

Lire également : Quelle banque travaille avec la Casden ?

Lorsque vous voulez vite payer, ils seront beaucoup plus élevés dans ce cas. Quand il s’agit d’un emprunt en SCI familiale, la durée est comparable à celle d’un prêt classique. Elle est généralement étalée sur 7 à 25 ans. Tout compte fait, la banque vous accompagne dans le choix de la durée de l’emprunt en fonction de plusieurs facteurs.

Les différentes formules de prêt pour une SCI

En dehors du prêt classique, vous avez la possibilité de contracter un emprunt immobilier à remboursement in fine. Dans ce cas, la Société Civile Immobilière remboursera des intérêts au cours de toute la période du prêt. À l’échéance, elle va procéder au paiement du montant initialement prêté.

Tout comme les associés, la SCI est en mesure de revendiquer l’application de la clause suspensive du crédit. Dans ce cas, il lui sera possible de renoncer à l’achat du bien immobilier pour défaut d’emprunt.

Cela se fera sans pénalité du moment que cela se passe dans le délai qui est retenu avec le vendeur. Aussi, la Société Civile Immobilière bénéficie de 10 jours comme délai de réflexion. Ce n’est qu’après ce temps qu’elle sera en mesure de procéder à la signature du contrat du prêt immobilier.

Les déductions de l’emprunt SCI

durée d’un emprunt SCI

Que l’emprunt SCI soit souscrit directement par la société ou par le biais des associés, des déductions sont faisables. Cela se fait lorsque les revenus fonciers de la SCI sont imposés sur la base du régime réel de l’impôt.

Dans ce cas, la SCI est en mesure de déduire les intérêts de l’emprunt de ses revenus fonciers. Mieux, la Société Civile Immobilière est en mesure de se passer de certains frais liés au prêt. Il s’agit de ceux qui sont relatifs à la constitution du dossier de l’emprunt. De même, comptez ceux qui sont liés à l’inscription d’hypothèque si cela est fait.

Ensuite, vous avez les primes qui sont versées pour le contrat d’assurance. Dans le cas où vous auriez versé une somme à un organisme de cautionnement, cela est aussi déductible.

Il faut noter que la SCI familiale est soumise à l’impôt sur les sociétés. Il est aussi possible de faire la déduction des intérêts de l’emprunt contracté. Il en est de même pour la rémunération du gestionnaire et de l’amortissement du bien et pour les frais d’acquisition.

La capacité d’emprunt SCI

La capacité d’emprunt d’une Société Civile Immobilière prend en compte les ressources des associés réunis. En réalité, le montant du prêt d’une SCI dépend en réalité de la capacité de financement de chacun des associés. C’est là que réside l’intérêt de contracter un emprunt avec une SCI.

L’organisme qui veut prêter l’argent ne va pas analyser la situation de chaque personne, mais il fera une estimation globale de ces dernières. Alors, la capacité financière de la SCI sera forcément avantageuse même si celle de certains associés est moins avantageuse, cela ne sera pas un obstacle au prêt.

Entre autres, la banque tiendra compte des ressources de la SCI elle-même dans le cas où elle est déjà propriétaire de biens immobiliers. Les loyers payés et impayés seront tous pris en compte par l’institution bancaire qui veut octroyer le prêt.