Déménagement

Comment transporter un tableau dans un avion ?

Une œuvre d’art est un objet particulièrement fragile, qu’il s’agisse de la peinture, de la sculpture ou des meubles anciens. Il convient donc de prendre toutes les précautions nécessaires pour son transport, que ce soit dans le cadre d’un échange de musées, de l’achat d’une œuvre ou du mouvement d’une collection privée. Si les musées ont des administrateurs professionnels responsables du transport des œuvres, ce n’est pas toujours le cas pour les particuliers. Voici quelques conseils pour mieux protéger vos œuvres d’art pendant le transport.

Faire une déclaration au début et à l’arrivée de l’œuvre

Il est essentiel d’observer attentivement l’état de l’œuvre, avant son emballage et à l’arrivée après déballage. C’est ce qu’on appelle une condition de report qui est nécessaire s’ils veulent vendre une œuvre de grande valeur. Cette instruction d’état est d’abord utilisée pour vérifier que l’objet n’est pas trop fragile pour être transporté, mais aussi pour s’assurer que son itinéraire ne l’a pas détérioré. Il convient de mentionner tous les défauts dans le travail avant son transport (taches, fragilité, perforations, traces diverses), les détails de leur montage et cadrage si nécessaire, ainsi que des photos de bonne qualité montrant l’état général du travail. Ce document constitue une preuve écrite qui sera demandée par votre assurance en cas de détérioration du travail.

Lire également : Que fait-on quand on ne peut pas rembourser la CAF ?

Préparer, emballer et travailler

Une préparation minutieuse et un emballage du travail est très important pour assurer sa bonne protection pendant l’expédition. Un conditionnement inadéquat ou une mauvaise synchronisation peuvent causer une détérioration parfois irréversible. L’emballage doit être capable de résister Chocs, fréquents pendant le transport aérien, aux déformations, ainsi qu’aux changements de température et d’humidité, qui sont très dangereux en particulier pour les vieilles peintures. Normalement, trois couches sont placées pour protéger le travail : d’abord un matériau doux et chimiquement neutre pour couvrir le travail, puis une couche plus épaisse pour absorber les chocs, et enfin un emballage rigide. Si l’œuvre d’art à protéger est une peinture ou une photographie encadrée, il est également recommandé d’utiliser des protections d’angle en mousse pour renforcer ces zones particulièrement exposées aux chutes. Une fois correctement emballé, l’illustration doit être placée dans un récipient adapté à la taille, au poids et à la fragilité de l’objet. S’il s’agit d’un carton rigide, d’un boîtier en bois ou d’une boîte hermétique (en fonction de la fragilité du travail), le récipient doit être équipé d’un rembourrage et d’un système d’essai pour limiter les vibrations et empêcher le travail de bouger et d’endommager pendant les transports. L’utilisation de la carrosserie rigide est nécessaire lorsqu’une protection importante est requise, en particulier dans les envois de très longues distances.

A lire aussi : Comment transporter une cuisinière ?

Choisir un opérateur spécialisé

Si vous n’êtes pas familier avec le transport d’œuvres d’art, nous vous conseillons d’appeler des entreprises spécialisées qui ont tout l’équipement et l’expérience nécessaires. Ces professionnels sont formés à l’emballage et à la manipulation d’objets précieux et fragiles. Certaines entreprises proposent également des modes de transport spécifiques dans des véhicules adaptés, équipés de suspensions d’ameublement intérieures ou hautes performances.

Si vous souhaitez toujours organiser vous-même le transport des œuvres, vous devez faire un devis spécifique pour un transporteur de colis tel que DHL ou FedEx. Cependant, alors que les entreprises de transport spécialisées sont généralement couvertes par l’assurance spécifique, les entreprises de transport ordinaires sont souvent réticentes à transporter un travail si elle n’est pas assurée à l’avance.

Effectuer les procédures administratives nécessaires

Par conséquent, il est fortement recommandé de souscrire une assurance spécifique avant de transporter un objet précieux ou fragile. Certains assureurs généraux proposent de couvrir le risque de dommages aux travaux dans leurs contrats de base, jusqu’à concurrence d’un certain montant. Mais si le travail que vous souhaitez effectuer est d’une grande valeur, il est recommandé d’engager une assurance spécifique qui sera entièrement adaptée à votre projet. L’assurance couvrira les risques liés au transport et à la manutention de l’objet pendant son mouvement (risques de perte, vol, casse…) et financera sa restauration si possible. Si vous voulez Plus d’informations sur les différentes façons de sécuriser une œuvre d’art, vous pouvez voir notre article Comment sécuriser une œuvre d’art ? Nous vous conseillons également de vous renseigner sur toutes les procédures administratives qui seront effectuées auprès des services douaniers, si vous souhaitez transporter votre travail à l’international. La circulation des œuvres d’art est fortement réglementée en Europe, mais la législation varie d’un pays à l’autre, et il en va de même si vous voulez transporter vos œuvres hors de l’Europe. En France, les œuvres exportées temporairement (avec prêts) ou définitivement doivent faire l’objet d’une déclaration en douane écrite. Un inventaire détaillé doit également être envoyé aux douanes. Selon le pays, il se peut que vous ayez à payer des frais de douane. Vous pouvez demander des informations plus spécifiques aux services douaniers du pays concerné.

Ce sont les principales précautions à prendre si vous souhaitez transporter une œuvre d’art, dans le cadre d’un prêt ou d’une vente. Lors de l’achat d’une œuvre d’art, le transport est effectué par la galerie ou le collectionneur qui vend l’œuvre, mais dans la plupart des cas, il devrait être pris en charge pour le transport.