Comment facturer les charges au locataire ?

Comment facturer les charges au locataire ?

Louer meublé comme résidence principale est régi par la loi de 89 qui définit la liste des frais recouvrables par défaut du locataire.

Dans cette liste, vous trouverez les dépenses classiques (eau froide, salaires du soignant, chauffage collectif le cas échéant) qui seront transmises par la fourniture de frais ou par le forfait que vous demanderez en plus du loyer.

A lire aussi : Quels sont les avantages d’un logiciel immobilier 

Dans cet article, nous allons voir comment un propriétaire peut conserver des abonnements à Internet et à l’électricité et les refacturer facilement au locataire.

Définitions des dépenses

Pour rappel, la liste des frais de location dans la résidence principale est fixée par décret ; cette liste ne contient pas la consommation privée d’électricité ou d’internet. Les frais d’électricité dans les parties communes sont bien compris.

A découvrir également : Comment calculer le taux de rendement interne ?

En bref, si vous voulez facturer au locataire des frais privés d’électricité ou d’internet, vous devrez prévoir une clause spéciale dans le bail de location .

Clause du contrat de location pour recharger la consommation privée au locataire

La loi type ALUR définit le cadre à suivre lors de la conclusion d’un contrat de location.

Cependant, vous avez toujours la possibilité d’ajouter des clauses gratuites, à condition qu’elles ne soient pas considérées comme abusives. Par conséquent, cette clause libre doit contenir une référence aux abonnements EDF et à Internet si vous souhaitez les conserver en tant que propriétaire.

Voici une suggestion pour une clause que nous offrons dans notre outil de crédit-bail numérique en ligne :

Si nécessaire, le propriétaire facturera le locataire pour les abonnements et la consommation variable des abonnements de dépenses privées liées à l’internet et à l’électricité de la maison.

Ces abonnements seront maintenus pour le compte du propriétaire pendant la durée du bail, sauf demande contraire du locataire.

Ces frais seront inclus dans la fourniture des frais demandés au locataire, et sa régularisation

Voir la clause complète dans notre outil de leasing numérique Nous suggérons plusieurs points importants dans cet article :

  1. choisir la disposition et non le paquet  : en cas de consommation excessive devra demander au locataire de compléter, ou si vous aviez prévu un paquet de frais régularisation est théoriquement impossible ; en outre, le paquet peut mettre dans une situation de revente pour profiter de la électricité au locataire, ce qui est problématique comme nous le verrons plus tard.
  2. régulariser en même temps que les charges communes : pour éviter d’avoir à demander régulièrement des suppléments du locataire (ou le rendre trop perçu), nous vous recommandons de régulariser la consommation d’électricité et d’internet chaque année, en même temps que la régularisation des frais généraux.
  3. Liberté des locataires  : Nous indiquons que le locataire peut choisir de reprendre ses abonnements pour éviter d’imposer ces frais au locataire parce que, comme nous le verrons, il y a un risque de requalification dans la clause abusive.

Liberté des locataires de choisir leurs abonnements EDF et internet

La clause de rétrofacturation que nous proposons devrait être utilisée avec beaucoup de soin car dans la pratique plusieurs principes empêcher les abonnements privés de maintenir des abonnements privés en tant que propriétaire.

La première disposition est l’article L331-1 du code de l’énergie, qui spécifie

Tout client qui achète de l’électricité pour sa propre consommation ou qui achète de l’électricité pour la revente a le droit de choisir son fournisseur d’électricité. Elle peut conclure un contrat d’achat d’électricité avec un producteur ou fournisseur d’électricité de son choix situé sur le territoire d’un État membre de l’Union européenne ou, dans le cadre de la mise en œuvre d’accords internationaux, sur le territoire d’un autre État.

Cette liberté de choix impose une obligation de facto de fournir au locataire d’un terrain privé un compteur d’électricité individuel Code de l’énergie L331-1 .

Cette liberté de choix est donc directement prévue pour l’électricité « à la source », mais c’est aussi un principe plus général qui est rappelle dans les clauses abusives considérées comme non écrites dans le bail.

S’il vous plaît noter que la clause ci-dessus n’est pas explicitement mentionnée comme une clause abusive, mais il y a toujours une interdiction d’une clause abusive presque équivalente : t) Ce qui oblige le locataire, en plus du paiement du loyer pour l’occupation de l’appartement, à conclure un contrat de location d’équipement.

Si l’on considère que le législateur considère qu’imposer la location de meubles ou d’équipements au locataire est abusif, on peut dire que l’imposition d’un abonnement à Internet et à l’électricité l’est aussi.

Dans quel cas maintenir les abonnements internet et électricité ?

Garder les abonnements à Internet et à l’électricité en tant que propriétaire peut être tentant pour les locations à court terme, mais en réalité, il est souvent plus facile de permettre au locataire de choisir leurs contrats, d’autant plus qu’il dispose d’un numéro sans frais d’assistance dans le pour le faire à l’arrivée (service gratuit de notre partenaire Sectra).

Cependant, il n’est parfois pas possible de mettre des abonnements techniquement pour le compte du locataire ; dans d’autres cas, le locataire demande explicitement leurs frais pour éviter les étapes. Voici les situations dans lesquelles la clause ci-dessus peut être considérée :

  • absence d’un compteur individuel – c’est particulièrement le cas dans le rapport des bâtiments qui n’ont pas été soumis à division, dans ce cas notre conseil est de commencer par notre clause de charge électrique mais faire les étapes très rapidement pour installer des compteurs individuels
  • louer un logement locatif individuel  : si vous louez un appartement de 4 chambres par bail individuel, vous ne serez pas en mesure d’installer mètre par chambre, la clause de facturation de l’internet et de l’électricité nous semble, par conséquent,
  • location courte durée possible  : si vous louez en résidence principale meublée ou en résidence secondaire mais que le locataire ne souhaite séjourner que quelques mois, il est possible de maintenir les abonnements (avec votre consentement explicitement indiqué dans notre clause) ; si le loyer dépasse quelques mois, nous vous recommandons de vous demander de reprendre abonnements.